Сigarettes 

Témoignages

L'action de l'AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville) pour valoriser, dans le monde professionnel, les compétences associatives acquises lors d'expériences bénévoles.

 

Interview d’Elise Renaudin, Directrice Déléguée de l’AFEV

 

 


 Quels sont les résultats de votre étude « les compétences utiles à l’entreprise et au monde professionnel que les jeunes développent au cours de leur engagement » ?


Cette étude nous a permis de constater que les bénévoles acquièrent des compétences assez techniques liées à l’activité qu’ils réalisent à l’Afev, mais surtout des compétences d’ordre relationnel et liées à l’expérience d’engagement.

Ce type de compétences est transposable à tout milieu professionnel. Par exemple : la capacité à être à l’écoute, à s’adapter à son interlocuteur, à pouvoir être en interaction avec des environnements très différents.

 


Quelles sont les actions menées par l’Afev en faveur de la valorisation des expériences associatives ?
 

Nous menons deux types d’actions.
La première en direction de jeunes étudiants (18-25 ans) qui ont travaillé à l’Afev et qui ne savent pas toujours valoriser l’expérience acquise à cette occasion. Nous organisons des accompagnements. 200 jeunes ont été accompagnés, à titre expérimental en 2010, de manière à les aider à prendre du recul sur leur expérience et à être en capacité de valoriser leur expérience quand ils sont en interaction avec des recruteurs.


La deuxième action est une campagne de communication en direction du monde l’entreprise pour mieux faire connaître le bénévolat. L’objectif est de montrer qu’être bénévole permet d’acquérir des compétences diverses. Pour les recruteurs, ce type de compétence doit être une réelle plus value.
Il y a une déclaration des recruteurs qui a été lancée en juin dernier, qui appelle les recruteurs à prendre en compte les compétences du bénévolat dans leur recrutement, c’est un outil disponible sur internet.

 


Quelles difficultés rencontrez-vous dans la mise en œuvre de vos actions ?


Les jeunes, dans leur ensemble, ne savent pas valoriser leurs expériences. En France, nous avons une conception de l’éducation très tournée vers les savoirs. Ainsi, dans un processus de recrutement, les jeunes vont mettre en avant leur diplôme. La question des expériences para-universitaires est assez peu valorisée. C’est une particularité culturelle française. Dans les pays anglo-saxons, l’expérience est bien plus importante que le diplôme obtenu.
De plus, la valorisation des expériences associatives est un sujet qui intéresse les recruteurs mais, qui est peu connu. La réalité du bénévolat est très variée. En conséquence, les recruteurs ont parfois des difficultés à évaluer l’intérêt de ces compétences acquises au cours du bénévolat par le candidat.

 


Quels sont les prochains objectifs de votre association ?


La prochaine étape est d’obtenir, via la création d’un label, une reconnaissance du monde professionnel. L’objectif est que le jeune puisse valoriser son expérience associative plus facilement auprès des recruteurs.
Comment un étudiant peut-il valoriser ses expériences associatives sur son CV ?
Il est important que, préalablement, le jeune effectue un travail de mise en adéquation entre les compétences demandées pour le poste auquel il postule, et les expériences associatives acquises qu’il va pouvoir mettre en valeur sur son CV. Il ne faut pas de décalage entre les deux.

 

 

Quels sont vos attentes vis-à-vis des entreprises en matière de reconnaissance des expériences associatives ?


C’est une proposition plus qu’une attente. Il est important que l’on puisse trouver un langage commun sur la question des compétences développées au cours d’une expérience associative.

 


Et vis-à-vis des universités ?


Nous collaborons déjà étroitement avec les universités sur la valorisation de l’expérience issue du bénévolat dans les cursus universitaires :
plus d’une cinquantaine d’établissements universitaires se sont déjà engagés dans cette voie. Le prochain enjeu, sur lequel nous travaillons actuellement avec les universités, est la valorisation des compétences du service civique.
 

 

 

Pour toute information complémentaire, rendez-vous sur le site de l'AFEV.

 

Elise Renaudin

Directrice Déléguée de l’AFEV

Tous les témoignages