Сigarettes 

Témoignages

Les actions en faveur de l'insertion professionnelle menées par le BAIP (Bureau d'Aide à l'Insertion Professionnelle) de l'Université de Franche-Comté, leurs facteurs clés de succès et axes d'amélioration.

 

Interview d'Emmanuelle Born, Ingénieur d'études, Chargée d'insertion professionnelle au BAIP Nord Franche-Comté, IUT de Belfort-Montbéliard et UFR STGI de l'Université de Franche-Comté


 

 

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre Université ?


L’IUT de Belfort-Montbéliard et l'UFR STGI (Sciences, Techniques et Gestion de l'Industrie) sont des antennes de l’Université de Franche-Comté. Cette dernière accueille en moyenne 20 000 étudiants par an. L’IUT et l'UFR STGI, quant à eux, proposent 11 DUT et 20 Licences, soit 2 000 étudiants. Cette année, 1 500 étudiants sont inscrits en DUT et 300 en Licence professionnelle.
 


Vous mettez en place plusieurs actions avec des entreprises dans un objectif d’insertion professionnelle de vos étudiants. Qu’est-ce qui vous a amené à mettre en place ce type d’actions ?


Après la loi LRU de 2007, le Président de l’Université a créé en 2008, la Plateforme Synergie-Entreprises, dont l'objectif était de créer des partenariats avec des entreprises et des organismes d’aides à l’insertion professionnelle. Deux personnes étaient alors en charge de ces actions.
Aujourd’hui, cette plateforme est intégrée au BAIP. Ce dernier a également pour mission l’accompagnement des étudiants dans leur projet professionnel ainsi que dans leur recherche de stage et du premier emploi.

 


Pouvez-vous nous présenter les actions que vous menez ?


En 2010, nos antennes ont mis en place trois types d’actions :

  • Des présentations métiers : présentation d’un métier par un professionnel
  • Un café pour l’emploi avec le soutien de l’IMS : coaching d’étudiants par de professionnels
  • Un BarCamp : groupe de discussion entre étudiants et professionnels sur des thématiques choisies par les participants

Les présentations métiers et les Barcamps ont été réalisés avec 3 de nos filières : Droit,  Langues et Technologies de l'Information et de la Communication (TIC).

Ces rencontres ont permis de réunir, dans la filière de droit, 21 professionnels et 44 étudiants. En Langues, 22 professionnels et 105 étudiants ont participé. Enfin, pour la filière TIC, 43 professionnels et 110 étudiants ont bénéficié de cette action.
 


Vous avez cité précédemment une action : le BarCamp. Pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?


Le principe est : pas de spectateur, tous participants. Il porte aussi le nom de « non conférence ». C’est une sorte de conférence ouverte, ou d’atelier participatif.  L’étudiant est au même niveau que le conférencier. Tous sont  positionnés en cercle pour pouvoir discuter librement d’une thématique de leur choix. Elle doit juste être orientée sur les métiers. Au départ, aucun thème n’est prédéfini. Les participants doivent donc les déterminer. Un animateur est là pour encourager les échanges.
Cette « non-conférence » est accessible à tout le monde. Pour en créer une, il suffit d’utiliser le wiki des BarCamps et de signer la charte internationale des BarCamps.
C’est l’action qui a le mieux fonctionné ! C’est un format vraiment innovant qui a permis aux étudiants d’avoir une vision plus concrète du monde du travail, des attentes des entreprises et des opportunités actuelles d’emploi dans leurs secteurs d’activités. Ils ont pu aussi  échanger en petit groupe avec un professionnel et certains ont même réussi à décrocher un stage !
Pour les entreprises c’est une occasion de découvrir davantage l’université et ses formations, à travers des échanges qualitatifs avec des étudiants.
Plus généralement, nous avons constaté que les deux parties ont fortement apprécié le fait de pouvoir échanger et de discuter de façon très libre.

 


Comment évaluez-vous l’impact de chaque action auprès de vos étudiants ?


Après chaque action, notre BAIP réalise une enquête de satisfaction auprès des étudiants participants, sur la communication mise en place, la qualité du contenu des échanges, la satisfaction générale et les attentes des étudiants pour l’année suivante.
 


Quels sont, selon vous, les facteurs clés de succès de vos actions ?


Notre expérience nous a prouvé que le succès d’une action dépend avant tout de son format. Ce qui fonctionne le mieux : la rencontre individuelle avec le professionnel. Par exemple, le format des BarCamps ou des tables rondes répond beaucoup plus aux attentes des entreprises et des étudiants que celui des conférences.
Dans notre Université, lors de chaque rencontre entre professionnels et étudiants, un animateur intervient. C’est un vrai facilitateur de rencontre. Il pousse les deux parties à dialoguer ensemble. Aujourd’hui, son intervention nous est indispensable.
Concernant les cafés pour l’emploi (coaching), il est important que les étudiants soient bien préparés, afin de faciliter les échanges. Il est aussi essentiel qu’ils préparent des questions précises afin de se montrer à la hauteur des professionnels.
Sur chacune de nos actions, notre BAIP fait intervenir des anciens élèves de la filière qui travaillent à l’international. Ainsi, nous pouvons démontrer à nos étudiants que leur formation peut déboucher sur des métiers valorisants et à forte mobilité. Un aspect important puisqu’il répond en partie à un enjeu social lié à la ville de Belfort : elle est très industrielle et de petite taille. Beaucoup d’étudiants sont boursiers et ont tendance à avoir une vision négative de leurs débouchés professionnels.

 


Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la mise en place de vos actions ?


Notre principale difficulté a été de réussir à mobiliser un nombre important d’étudiants. Pour y remédier, nous essayons d’impliquer un maximum d’enseignants dans nos actions.

Il est aussi important d’améliorer la coordination avec les enseignants, pour que les étudiants aient du temps pour participer, ou se préparer à ces évènements importants pour leur insertion professionnelle.
 

Emmanuelle Born

Ingénieur d'études, Chargée d'insertion professionnelle au BAIP Nord Franche-Comté

Tous les témoignages